Compiègne accueillera le CDF doubles les 6 et 7 juillet

Compiègne accueillera le CDF doubles les 6 et 7 juillet

Cette année, la FFSB a clairement délocalisé de Rhône-Alpes son Championnat de France doubles en faisant le choix de Compiègne. Cette commune est située en région Hauts-de-France dans le département de l’Oise dont elle est la sous-préfecture. Il s’agit d’une belle balade en perspective, 681 kilomètres séparant cette sous-préfecture de la préfecture ardéchoise, Privas. Pour les Annonéens ce sera un peu moins avec « seulement » 614 km, mais pour les Albenassiens on passera à 710 km.

L’Hôtel de ville

Ce choix est apparemment stratégique pour faire découvrir le sport boules puisque la cité se situe aux limites du Valois et du Soissonnais, point de jonction naturel des trois zones géographiques et culturelles que sont la Picardie, la Champagne et l’Île de France. Espérons donc que cette stratégie fasse exploser le nombre de licences dans les Hauts de France et plus particulièrement dans l’Oise qui en compte actuellement 180 ou que cela serve tout du moins à y faire découvrir que le sport boules existe. Un premier pas a d’ailleurs été franchi par le Courrier Picard qui précise « Ne dites plus boules lyonnaises, mais sport-boules ». Un pas que n’a peut-être pas encore franchi le président du comité des Hauts-de-France, Marc Salomon, qui dans la perspective d’une participation aux prochains Jeux Olympiques de Paris en 2024, annonçait dans ce même journal : « Depuis quinze ans, les Français sont champions du monde de la boule lyonnaise version sportive. On pourrait apporter des médailles d’or à la France ».

Pour sa part, Jean Feret, président de la boule ferrée compiégnoise, espère bien que cet événement suscite des vocations. C’est ce que tout le monde souhaite pour enrayer la spirale de la chute des licences. La conquête de nouveaux territoires est peut-être une solution.

Les armoiries de Compiègne se blasonnent : d’argent au lion d’azur semé de fleurs de lys d’or, armé et lampassé de gueules, et couronné d’or. Sa devise est : « Regi et regno fidelissima » (Au roi et au royaume la plus fidèle).

Pour le reste Vikipédia nous apprend que la ville est située en aval du confluent des rivières Oise et Aisne, dans le département de l’Oise dont elle constitue la troisième aire urbaine. Politiquement, on est dans la stabilité avec un maire, Philippe Marini, en place depuis 1987 à la tête de cette commune de plus de 40 000 habitants.

Pour la petite histoire, Jacques Mesrine s’est évadé du palais de Justice de Compiègne le 6 juin 1973 ; Michel Drucker passa son service militaire à Compiègne, en 1960, au camp de Royallieu où son père avait été prisonnier de guerre pendant la seconde guerre mondiale.