Toujours pas de bureau pour le CBD, un problème grave !

Jeudi 21 novembre, le président Jean-Claude Sobczyk avait convoqué une réunion extraordinaire du Comité directeur et du bureau permanent dont voici les grandes lignes. Cet article ne peut être considéré comme le compte rendu officiel de la réunion. Quelques-uns étaient excusés : Marie-Thérèse Serrières, Michel Beaussier (maladie), Laurent Giraud (travail), Alain Besson (maladie) et Jean-Luc Guyard. On a appris la démission de Sébastien Desmartin.

De nouvelles têtes au Comité directeur

On a pu saluer l’arrivée de Claude Théoullier pour représenter le corps arbitral ; de Jean-Luc Flattot en remplacement du regretté Roland Printemps ; de Charles Montagne nouveau président du secteur de Lamastre et de Jean-Claude Vigne nouveau représentant du secteur d’Aubenas.

Pour le Comité directeur étaient présents Robert Bossy, Gilbert Chaize et Jean-Luc Flattot (secteur d’Annonay), Erick Souche, Daniel Ozil, Alain Chanéac et Jean-Claude Vigne (secteur d’Aubenas), Didier Malclès (secteur de Joyeuse), Charles Montagne et Gilbert Fontanel (secteur de Lamastre), Jean-Claude Sobczyk et Martine Olivieri (secteur de Le Teil), Gabriel Hilaire et Sylvaine Vigouroux (secteur de Privas), Alain Dupin et Marc Valayer (secteur de Tournon), Christian Sintès (CDOS) et Antony Stanco.

Pour le bureau permanent (membres cooptés) étaient présents : Alain Delichiere (vice-président), Jean-François Poirier (trésorier démissionnaire), Michel Pastré (responsable communication) et Michel Aymard (président de la commission féminine).

Pas de secrétaire et de trésorier en vue

L’objectif du président était de mettre en place un secrétaire et un trésorier mais il a eu beau essayer de solliciter les gens, personne n’a souhaité répondre à son attente. Il est vrai que dans la situation financière actuelle, on peut comprendre que personne ne veuille s’engager. Fortement sollicité pour rester aux comptes, Jean-François Poirier a déclaré avoir décidé de démissionner par solidarité avec le président Alain Chanéac et qu’il ne reviendrait pas sur sa décision.

Tous ont bien compris que c’est l’embauche d’une salariée sans les aides promises par le bureau (désormais démissionnaire) lors du vote de cette embauche qui a plombé les finances et qui oblige à puiser dans les réserves accumulées par les bureaux précédents. Mais on sait que cela aura une fin. Bien sûr, les nouveaux ont été surpris d’apprendre qu’il n’y avait pas eu d’appel d’offres pour cet emploi, ni de fiche de poste. Certes, le président a présenté une liste à la Prévert des tâches effectuées à laquelle il ne manquait que l’allumage de l’interrupteur en arrivant mais cela ne définit en rien ce travail. Il a également été avancé que certaines dispositions prises, loin de supprimer du travail en ont créé encore plus justifiant un peu plus cet emploi.

Les licenciés pourraient être sollicités pour mettre la main à la poche

Personne n’ayant envisagé de diminuer le nombre d’heures ou la suppression de cet emploi, il reste à trouver des solutions. Certaines ont été avancées, toutes au détriment des licenciés : augmentation du prix de la licence de 10 euros (2 400 licenciés X 10 euros = 24 000 euros soit le prix de l’emploi), suppression des accompagnements aux Championnats de France. Finalement rien n’a été arrêté et on peut raisonnablement penser que tant que le problème des finances ne sera pas réglé, personne ne voudra rejoindre cette galère. Déjà que les volontaires ne sont pas nombreux en temps normal, alors là… De plus, la déconsidération du bénévolat et les critiques sur les bénévoles qui donnent de leur temps et ont, eux, des résultats ne doit pas encourager à se porter volontaire.

La dissolution envisagée

On peut comprendre la déception de Jean-Claude Sobczyk de ne pas parvenir à bâtir un bureau mais le passif est lourd. Il envisage même la dissolution du CBD mais on entre là dans un monde de suppositions dont on ne peut envisager les conséquences et la portée sans en avoir discuté avec la FFSB. Mais, malheureusement, peut-être faudra-t-il en arriver là pour se sortir de cette situation dont personne ne voit ou ne veut voir l’issue.

Des points positifs quand même

En place, des points positifs sont à enregistrer. On va commencer par le dernier de la soirée qui fut de prendre le repas en commun dans les locaux du boulodrome. Cela a permis de détendre l’atmosphère et de faire plus ample connaissance avec les uns et les autres, tisser des liens à travers une convivialité simple entre des dirigeants qui ne se connaissent pas toujours bien. D’ailleurs plusieurs réflexions ont fusé dans ce sens et beaucoup ont trouvé cette idée intéressante permettant d’envisager un travail futur dans une meilleure collaboration si ce n’est pas trop tard.

Mais il n’y a pas que le repas qui fut positif. Au niveau de la communication si on n’est pas encore parvenu à créer une véritable commission, des voix se sont faites entendre pour intégrer ce travail et votre serviteur les a bien entendues.

Au niveau des jeunes, le problème c’est que personne ne veut être président mais il y a un vrai groupe de personnes compétentes qui sont prêtes à travailler ensemble : Gaby Hilaire, Tony Stanco, Marc Valayer, Roland Maire, Fred Aunave et Jérôme Mazat. Il reste à animer ce groupe mais les compétences et la bonne volonté sont là.

La commission « traditionnel » semble aussi porter ses fruits et bien fonctionner avec Alain Delichiere, Gaby Hilaire, Michel Beaussier, Jean-Luc Flattot, Hubert Fraysse, Pierre Plantier, Marc Valayer, Michel Faurite, Gilbert Fontanel.

Le bon travail de Michel Aymard du côté des féminines a été reconnu (le nombre d’équipes AS est passé de 4 à 9).

Pour aller jusqu’à la fin du mandat, Robert Bossy accepte d’être commissaire aux comptes avec Gilbert Chaize.

Au rayon des bonnes nouvelles, l’Ardèche, comme cela a été publié récemment, passe à quatre qualifiés en vétérans pour le Championnat de France comme cela aurait déjà dû être le cas cette année.

Merci à l’équipe privadoise qui a accueilli cette réunion et a offert les boissons pour le repas.

Ceux qui connaîtraient des personnes intéressées pour entrer au bureau peuvent prendre contact avec le président, Jean-Claude Sobczyk. Elles seront les bienvenues.

Publié dans Actualités